Guerre au "Smart" Monde

Gueule de bois énergétique et cyber-misère

Outils pour utilisateurs

Outils du site


l_economie_verte_comme_contre-insurrection

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
l_economie_verte_comme_contre-insurrection [2018/11/20 21:42]
grid
l_economie_verte_comme_contre-insurrection [2019/06/07 21:34] (Version actuelle)
Ligne 12: Ligne 12:
  
 Alexander : OK, alors je pense d'​abord que l'​idée du capitalisme et de la modernité en général ou si tu veux du progrès industriel, en fait peu importe comment tu appelles tout ça, c'est qu'il y a une trajectoire globale qui doit grandir et qui doit perdurer. Et cette trajectoire tu y participes ou tu la combats. A partir de cela, de cette trajectoire progressiste,​ le discours du gouvernement mexicain (comme n'​importe quel gouvernement) dit qu'il faut encore plus de progrès, qu'il faut civiliser les contrées arriérées du pays. Le gouvernement mexicain évidemment veut des investisseurs. Il veut accéder aux ressources, toutes les ressources, pour faire fructifier son économie. Mais voilà le hic, comme partout sur cette planète, il y a des gens, il y a des peuples indigènes qui habitent sur ce sol convoité. Et en plus, ces peuples ont encore des liens à la Terre, un certain sens de la communalité,​ et des droits de propriété collective (ejidos) sur ces terres. Le problème pour eux, c'est que le sous-sol appartient à l’État mexicain, et cela lui permet de contrôler les territoires indigènes. L’État veut accéder à ces ressources (en l'​occurrence ici le vent pour faire tourner les aérogénérateurs). Mais les indigènes se trouvent sur son passage, ils sont un obstacle à ses yeux.  Alexander : OK, alors je pense d'​abord que l'​idée du capitalisme et de la modernité en général ou si tu veux du progrès industriel, en fait peu importe comment tu appelles tout ça, c'est qu'il y a une trajectoire globale qui doit grandir et qui doit perdurer. Et cette trajectoire tu y participes ou tu la combats. A partir de cela, de cette trajectoire progressiste,​ le discours du gouvernement mexicain (comme n'​importe quel gouvernement) dit qu'il faut encore plus de progrès, qu'il faut civiliser les contrées arriérées du pays. Le gouvernement mexicain évidemment veut des investisseurs. Il veut accéder aux ressources, toutes les ressources, pour faire fructifier son économie. Mais voilà le hic, comme partout sur cette planète, il y a des gens, il y a des peuples indigènes qui habitent sur ce sol convoité. Et en plus, ces peuples ont encore des liens à la Terre, un certain sens de la communalité,​ et des droits de propriété collective (ejidos) sur ces terres. Le problème pour eux, c'est que le sous-sol appartient à l’État mexicain, et cela lui permet de contrôler les territoires indigènes. L’État veut accéder à ces ressources (en l'​occurrence ici le vent pour faire tourner les aérogénérateurs). Mais les indigènes se trouvent sur son passage, ils sont un obstacle à ses yeux. 
-(...) la suite sur https://​lundi.am/​Economie-verte-et-contre-insurrection+(...)  
 + 
 +la suite sur https://​lundi.am/​Economie-verte-et-contre-insurrection
  
 ------- -------
 +
 === Ressources ==== === Ressources ====
  
l_economie_verte_comme_contre-insurrection.txt · Dernière modification: 2019/06/07 21:34 (modification externe)